NOUS SOMMES ALINGHI

En 1994, une équipe de compétition en voile est créée sous le nom d'Alinghi. En 2000, l'équipe d'Ernesto Bertarelli se fixe pour but de remporter l'America's Cup, objectif atteint par deux fois en 2003 et 2007. Alinghi se retrouve ainsi la première équipe européenne à remporter ce prestigieux trophée et signe bien d'autres succès, notamment sept victoires au Bol d'Or, huit Trophées D35, quatre championnats d'Extreme Sailing Series, un championnat de GC32 Racing Tour et un titre de champion du monde de GC32.

  • VAINQUEUR DE LA 31E AMERICA'S CUP
  • VAINQUEUR DE LA 32E AMERICA'S CUP
  • 7 FOIS VAINQUEUR DU BOL D'OR
  • 8 FOIS VAINQUEUR DU TROPHÉE D35
  • 4 FOIS VAINQUEUR DES EXTREME SAILING SERIES
  • CHAMPION DU MONDE DE GC32 EN 2019
  • VAINQUEUR DU GC32 RACING TOUR 2019

Historique

Quelques chiffres

1991
Le premier voilier Alinghi est mis à l'eau sur le lac Léman
39.2
Record de vitesse du GC32 (en nœuds), établi par Alinghi en 2015
5.7M
Nombre de visiteurs lors de la 32e America's Cup au port de Valencia (Espagne)
7
Victoires au Bol d'Or

LES COURSES EN 2021

Le programme de la saison 2021 d'Alinghi s'articule autour de deux circuits "foiling" en multicoque monotype: le tout premier TF35 Trophy et le GC32 Racing Tour.

Voir toutes les courses

NOTRE ÉQUIPE

Cliquez sur les vignettes pour découvrir les navigateurs de l'équipe Alinghi.

DERNIÈRES ACTUALITÉS

Copie parfaite pour débuter la saison de GC32

4 juillet, 2021

Du vent, des foilers et du sport lors des 18 courses lancées en quatre jours, cette première épreuve du GC32 Racing Tour était de toute beauté de l'avis des parties prenantes de retour à la marina de Lagos, au sud du Portugal. Alinghi n'est pas en reste et met la barre haute en ouverture de la saison en remportant 11 des 17 manches courues, se permettant de rentrer au port avant la 18e, en ayant même course gagnée quatre manches avant la fin ! Les objectifs de la saison GC32 sont clairs : défendre les titres de champion du monde 2019 et du classement annuel. Le ton est donné ! Red Bull Sailing Team et Team Rockwool Racing complètent le podium. Yves Detrey : « Nous avions imaginé être un peu rouillés après 18 mois de coupure en GC32 mais nous sommes heureux de voir que ce n'est pas le cas ! Les conditions étaient majoritairement musclées cette semaine et on aime toujours autant ça. Avec nos manœuvres, notre vitesse ou tactiquement, on a su trouver les clés pour revenir dans le match quand c'était nécessaire. Franchement, on a super bien navigué dans tous les compartiments du jeu. Pour gagner une régate courue sur quatre jours, la clé, c'est d'être consistent aux avant-postes, d'éviter les mauvaises manches, et c'est ce que nous avons fait. » Sur une flotte qui compte six bateaux, une équipe est remodelée (Black Star) et deux sont nouvelles sur le circuit (Rockwool et Swiss Foiling Academy). Comment est le niveau ? Yves Detrey : « Chacune a eu des hauts et des bas, mais avec de l'entraînement et l'expérience engrangée course après course, leur niveau va monter. J'imagine qu'ils vont regarder des vidéos de cette épreuve, en plus de l'expérience accumulée sur ces 18 manches. Ensuite il faut travailler, répéter ses gammes et éviter les erreurs déjà commises. » Nicolas Charbonnier : « En attaquant cette dernière journée avec une bonne avance, on s'attendait à ne pas devoir courir toutes les courses pour gagner l'épreuve. En discutant lors de notre briefing quotidien, on s'est dit que l'opportunité était toute trouvée pour essayer des choses lors de ces manches. On a navigué sans pression et même réalisé notre meilleure vitesse de la semaine, 37,73 nœuds. » Comment rester performant d'une année sur l'autre ? Nicolas Charbonnier : « On a la chance de naviguer très souvent ensemble et d'avoir un équipage stable depuis plusieurs années. Certains sont amis, l'ambiance est bonne. Individuellement chacun est bon et collectivement notre équipe fonctionne. La préparation du bateau est méthodique, on navigue en GC32 depuis 2015 maintenant et on pratique aussi le foiling avec le TF35. Le barreur et les régleurs font aller vite le bateau, le tacticien nous amène au bon endroit sur le plan d'eau, la coordination de l'équipage est millimétrée lors des phases de départ et dans les manœuvres. La combinaison de tous ces facteurs est idéale, et on se pousse à innover pour continuer à progresser. » Arnaud Psarofaghis : « Ne regardez pas simplement le score final qui pourrait à tort faire croire que c'était facile pour nous. On s'est battu sur chacune des courses et sur chaque bord pour en arriver là. Cela tenait parfois à une manœuvre, une layline, quelques mètres d'écart à un passage de marque. Nos adversaires ont globalement moins d'heures que nous au compteur, mais chacun nous a donné du fil à retordre à des moments différents. C'est exactement ce que l'on vient chercher sur le GC32 Racing Tour, pour nous pousser à être toujours meilleurs. Ce circuit nous a manqué l'année dernière et il vient vraiment en complément du TF35 Trophy. A la fin de ce premier événement, nous sommes contents du travail accompli pour retrouver notre niveau de 2019. On pense l'avoir atteint, et même dépassé dans certaines phases. En tout cas le GC32 est vraiment un super bateau pour régater, plus d'équipes devraient nous rejoindre ! » A contexte sanitaire exceptionnel, programme exceptionnel cette année. L'équipe sera de retour à Lagos dès la fin de ce mois pour la 2e étape du GC32 Racing Tour du 29 juillet au 1er août. Le championnat 2021 sera composé de quatre épreuves, dont le championnat du monde de GC32 du 16 au 19 septembre à Villasimius (Italie). Extraits du classement général après 18 courses – GC32 Lagos Cup N°1 : 1er - Alinghi: 33 points 2e - Red Bull Sailing Team: 58 points 3e - Team Rockwool Racing: 61 points 4e - Black Star Sailing Team: 62 points Cliquez ici pour le classement incluant tous les bateaux. Pour revoir la courses en 2D grâce au traceur GPS placé à bord de chaque bateau : site Internet de TracTrac, ou via l'application gratuite installée sur votre smartphone (cliquez ici si vous avez un Iphone, ou ici si vous avez un Android). Pour en savoir plus gc32racingtour.com #GoAlinghiGo  //  #GC32racingtour Pour s'informer sur le dispositif de suivi des courses, la composition de l'équipe et le GC32 Racing Tour en général, retrouvez le récap' événement en cliquant ici. Crédit photos © Sailing Energy / GC32 Lagos Cup 1-2021

9e GC32 Racing Tour - Infos pratiques

16 juin, 2021

Le récap' // Quoi : circuit monotype créé en 2014 qui comprendra quatre épreuves en 2021, disputées en Europe. Alinghi y participe une première fois en 2015 pour ses débuts en foiling, puis à nouveau en 2019 où l'équipe remporte le championnat. Pour + d'infos, c'est par ici! Qui : 5 à 10 équipes internationales réunissant marins professionnels et propriétaires barreurs. Cinq équipiers forment généralement un équipage Où et quand : de juillet à novembre 2021, au Portugal, en Italie et en Espagne (cliquez ici pour le calendrier annuel) Comment : les équipes rivalisent à bord d'un catamaran à foils de 32 pieds appelé GC32, sur des courses successives d'une vingtaine de minutes et lancées autour de bouées. Quand les conditions météorologiques le permettent, les épreuves ont lieu près des côtes. Dispositif de suivi des courses Suivez par différents moyens l'équipe Alinghi lors des étapes comprenant chacune quatre jours de compétition (jusqu'à 6 courses chaque après-midi - Attention au décalage horaire selon le lieu des épreuves) Sur Twitter @alinghi > Publication des résultats assortis de photos et vidéos Sur Facebook @alinghi et Instagram @alinghi > Interviews, vidéos & photos Sur Internet > gc32racingtour.com : courses modélisées en 2D (en direct et en replay) du 1er au 4e jour de la compétition > alinghi.com : news et photos   Équipage du GC32 (SUI 8) Barreur et skipper : Ernesto Bertarelli (SUI) Co-barreur, co-skipper : Arnaud Psarofaghis (SUI) Tacticien et régleur de grand-voile : Nicolas Charbonnier (FRA) Régleur des voiles d'avant : Bryan Mettraux (SUI) Régleur des foils : Timothé Lapauw (FRA) Numéro 1 : Yves Detrey (SUI) Remplaçants : Nils Frei (SUI) et Florian Trüb (SUI) Équipe technique João Cabeçadas (POR) David Niklès (SUI) Directeur d'équipe Pierre-Yves Jorand (SUI) Pour en savoir plus gc32racingtour.com Hashtags de l'événement #GoAlinghiGo  //  #gc32racingtour  //  #gc32 Crédit photo © Sailing Energy/GC32 Racing Tour

Mythique, passionnant, parfois cruel. Sacré Bol d'Or !

13 juin, 2021

Comme le veut la tradition, quelques 450 unités et plusieurs milliers de marins se sont lancés à l'assaut du tour du Léman, au son du coup de canon retenti à 10h samedi. Pour les multicoques, la 82e édition de la plus grande régate du monde en bassin fermé est à classer dans la série des Bols d'Or classiques de début d'été, avec peu de vent, des brises thermiques et beaucoup de rebondissements ! Nils Frei : « Après un bon départ, on joue aux avant-postes avant d'être dépassés par les deux D35 et un M2. Être devant, c'est bien. Mais dans des conditions de vent léger et variable, cela montre aux poursuivants les zones sans vent quand on s'arrête. Ils reviennent au contact en contournant cette « molle ». A un moment vient la ligne d'arrivée, hier c'était après 12h50 de course pour les TF35 et là, c'est la dernière transition qu'il ne faut pas manquer pour concrétiser. Un flux d'air est rentré, on décolle peu après certains bateaux et on termine 4e à 34 secondes d'Ylliam – Comptoir Immobilier que l'on félicite, tout comme Zen Too et SailFever qui complètent le podium. » Des kilomètres d'avance qui fondent comme neige au soleil On a compté 6 « nouveaux départs » où M2, D35 et TF35 se retrouvaient quasiment sur une ligne d'égalité. A chaque fois, les bateaux breakés revenaient au contact, voire prenaient le lead. A 14h, Alinghi avait jusqu'à 11km d'avance sur Realteam. Quelques heures plus tard, les deux bateaux étaient bord à bord ! Nils Frei : « Dès que le vent monte un peu, les TF montent sur leurs foils, les écarts se comblent ou se creusent vite, laissant peu de chance aux M2 et D35, rois des petits airs. La bonne nouvelle de ce Bol est pour la classe des TF35 qui effectuait son baptême du feu sur le Bol d'Or. Comme on le redoutait dans ce type de conditions, les M2 et D35 ont largement animé la tête de course. En 13h pour les premiers et environ 140km parcourus, la moyenne de vitesse est autour des 6-7 nœuds. C'est lent pour les multis quand le record de l'épreuve est de 5h01'51''. Malgré ça, les sept TF35 s'emparent des sept premières places. C'est un succès pour cette nouvelle classe au cahier des charges complexe mais bien ficelé. A notre niveau, on va continuer de développer des techniques par petit temps et on se réjouit de courir le Bol dans un vent plus soutenu ! » Accepter la part d'aléatoire ? Nils Frei : « Le jeu diffère vraiment d'une régate de type grand prix et quand on prend le départ d'une longue course comme le Bol, il faut accepter cette part d'aléatoire qui prend plus de place. Ce n'est pas facile à encaisser et il n'y a pas de recette magique par petit temps. Il faut être au bon endroit au bon moment, et surtout rester dans le bon wagon. On a le sentiment d'avoir bien navigué. Si on devait refaire la course, on ne changerait pas grand-chose. On avait une super vitesse et on repartait bien après chaque « nouveau départ » mais sur ce final aussi rapide qu'imprévisible, on manque un coup. » Quand le vent a fini par se renforcer, six TF35 sprintaient à 25 nœuds dans la nuit noire en approche de Genève, escortés par des dizaines de bateaux moteurs tous feux saillants. Les quatre premiers TF35 sont arrivés en l'espace de 34 secondes, les deux suivants coupent la ligne d'arrivée en bout de digue de la Société Nautique de Genève une minute plus tard. Au classement général provisoire du TF35 Trophy, Realteam prend la tête avec un point d'avance sur Alinghi, Spindrift est 3e avant la pause estivale et les deux épreuves finales qui se tiendront à Scarlino. A noter que les règles du classement de la saison permettant de retirer le plus mauvais score, Realteam a grillé son « joker » en terminant 7e de l'épreuve combinant les deux longues courses (Genève-Rolle-Genève et Bol d'Or). Nul doute que la bataille sera intense pour remporter le tout 1er TF35 Trophy adjugé en Italie en septembre. D'ici là, l'équipe enchaîne sur son 2e circuit de régate annuel et s'envole prochainement pour s'entraîner à Lagos, sud du Portugal, avant la première étape du GC32 Racing Tour du 1er au 4 juillet. Extraits du classement du 82e Bol d'Or Mirabaud : 1er - TF35 Ylliam XII – Comptoir Immobilier: 12h49'27'' 2e - TF35 Zen Too: 12h49'46'' 3e - TF35 SailFever: 12h49'52'' 4e - TF35 Alinghi: 12h50'01'' 5e - TF35 Realteam: 12h51'15'' ... 8e et 1er D35 - Emil One: 13h04'07'' 9e et 1er M2 - Degroof Petercam: 13h06'34'' ... 17e et 1er monocoque (Bol de Vermeil) - Raffica: 14h07'23'' Cliquez ici pour le classement incluant tous les bateaux. Extraits du classement général provisoire du TF35 Trophy après 5 épreuves (NB : dès quatre épreuves validées, le plus mauvais score est retiré / Les résultats des deux longues courses s'additionnent pour ne former qu'une épreuve) : 1er - Realteam: 4 points 2e - Alinghi: 5 points 3e - Spindrift: 10 points 4e - Ylliam XII: 11 points 5e - Zoulou: 11 points Cliquez ici pour tous les classements Pour revoir la courses en 2D grâce au traceur GPS placé à bord de chaque bateau : site Internet de TracTrac, ou via l'application gratuite installée sur votre smartphone (cliquez ici si vous avez un Iphone, ou ici si vous avez un Android), et sur le site du Bol d'Or. Pour en savoir plus tf35.org // boldormirabaud.ch #GoAlinghiGo // #TF35Trophy // #BOM21 Pour s'informer sur le dispositif de suivi des courses, la composition de l'équipe et le TF35 Trophy en général, retrouvez le récap' événement en cliquant ici. Crédit photos © Loris von Siebenthal, Gilles Martin-Raget et jeanmiphotographies.

Série de 2...mais pas seulement !

6 juin, 2021

On aurait pu résumer les trois derniers jours d'Alinghi en une courte phrase: deux épreuves en un week-end, deux places de 2e. Mais la revue aurait été incomplète sans détailler la toute première longue course lacustre des TF35 (et remportée par un TF35) et la figure de style réalisée peu après le départ de la Genève-Rolle-Genève. Difficile aussi d'occulter les départs remarquables d'Arnaud Psarofaghis, alors skipper par intérim de l'équipe Néo-Zélandaise engagée sur le circuit international SailGP. Après seulement quelques heures de prise en main du 50 pieds à foil, notre co-skipper a signé des débuts prometteurs en Italie et mené leur équipe aux portes de la finale. Revenons en Suisse avec Yves Detrey évoquant le 3e grand prix de la saison, couru sur deux jours pour cause de Genève-Rolle le samedi : « Après avoir pris l'avantage lors des cinq courses vendredi, nous sommes un peu déçus de notre prestation ce dimanche. Le vent a déjoué les prévisions et n'a permis que deux courses, où nous enchaînons des erreurs. Terminer 2e sur un grand prix n'est pas le résultat que l'on vise mais jour après jour le niveau général de la flotte monte. Il y a de très bons marins à bord de chaque bateau, qui savent tirer profit des navigations aux côtés de Realteam et nous qui avions une petite avance. Une chose est certaine : ce sera dur jusqu'à la fin de la saison. » Realteam remporte cette étape, Zoulou prend la 3e place. Florian Trüb : " C'est super de prendre place à bord du TF35 en compétition. On a fait au mieux dans cette nouvelle configuration sans Arnaud. Les conditions n'étaient pas faciles, surtout samedi lors de la longue course avec de petits nuages de pluie apportant aléatoirement du vent de droite et de gauche. Quoi qu'il en soit, c'est bon d'être de retour sur un foiler ! » Il poursuit avec l'épisode « sueurs froides » : « Juste après le départ de la Genève-Rolle, nous avons encaissé une grosse rafale qui nous a surpris par sa force. A ce moment précis, nous étions quatre au milieu du bateau pour enrouler le gennaker. On a vite escaladé les filets pour faire contrepoids ! C'était chaud et on a évité de peu de retourner le bateau. » Reportage photos et vidéos sur nos réseaux sociaux... Bryan Mettraux enchaîne sur les moments clés de cette 56e Genève-Rolle-Genève : « On a pas mal attendu le vent annoncé, surtout à l'aller. Il n'y avait pas tellement d'écart au début. Le vent rentrant par derrière, les TF35, D35 et M2 étaient assez alignés. On contourne la bouée de Rolle en 2e position, 20 secondes derrière Realteam. A la sortie de Rolle, on navigue super bien et on prend la tête. Ensuite il nous est impossible de contrôler tous nos concurrents, et la largeur du lac permet de nombreuses options ! Ylliam et Zoulou (pourtant dernier à la bouée de Rolle) nous passent. On reprend du terrain sur les deux derniers miles et on réussit à gagner une place pour terminer 2e. Évidemment on aurait préféré gagner mais on est content avec ce résultat et la manière dont le bateau s'est comporté face aux D35 dans du petit temps. » Zoulou mené par Erik Maris signe une belle victoire, Spindrift complète le podium, quand Realteam, notre concurrent direct, termine 6e. A noter que les classements des deux grandes courses (Genève-Rolle et Bol d'Or) seront additionnés pour compter comme une seule course. Le résultat au Bol d'Or départagera en cas d'égalité. Il faudra donc patienter encore une semaine pour l'annonce du classement général provisoire de la première partie de saison. Rendez-vous à 10h le samedi 12 juin pour le top départ du 82e Bol d'or Mirabaud ! Podium du grand prix de Mies après sept courses (le plus mauvais score étant retiré dès quatre manches validées) : 1er - Realteam: 11 points 2e - Alinghi: 14 points 3e - Zoulou: 17 points Cliquez ici pour tous les classements Podium de la Genève-Rolle-Genève : 1er - Zoulou: 3h27:33 2e - Alinghi: 3h29:51 3e - Spindrift: 3h30:47 Cliquez ici pour le classement incluant tous les bateaux Pour revoir les courses en 2D grâce au traceur GPS placé à bord de chaque bateau : site Internet de TracTrac, ou via l'application gratuite installée sur votre smartphone (cliquez ici si vous avez un Iphone, ou ici si vous avez un Android). Pour en savoir plus tf35.org // ycg.ch/grg #GoAlinghiGo // #TF35Trophy // #GRG21 Pour s'informer sur le dispositif de suivi des courses, la composition de l'équipe et le TF35 Trophy en général, retrouvez le récap' événement en cliquant ici. Crédit photos © Loris von Siebenthal, JeanMiPhotographies et Seb Aubord