NOUS SOMMES ALINGHI

En 1994, une équipe de compétition en voile est créée sous le nom d'Alinghi. En 2000, l'équipe d'Ernesto Bertarelli se fixe pour but de remporter l'America's Cup, objectif atteint par deux fois en 2003 et 2007. Alinghi se retrouve ainsi la première équipe européenne à remporter ce prestigieux trophée et signe bien d'autres succès, notamment sept victoires au Bol d'Or, huit Trophées D35, quatre championnats d'Extreme Sailing Series, un championnat de GC32 Racing Tour et un titre de champion du monde de GC32.

  • VAINQUEUR DE LA 31ÈME AMERICA'S CUP
  • VAINQUEUR DE LA 32ÈME AMERICA'S CUP
  • 7 FOIS VAINQUEUR DU BOL D'OR
  • 8 FOIS VAINQUEUR DU TROPHÉE D35
  • 4 FOIS VAINQUEUR DES EXTREME SAILING SERIES
  • CHAMPION DU MONDE DE GC32 EN 2019
  • VAINQUEUR DU GC32 RACING TOUR 2019

Historique

Quelques chiffres

1991
Le premier voilier Alinghi est mis à l'eau sur le lac Léman
39.2
Record de vitesse du GC32 (en nœuds), établi par Alinghi en 2015
5.7M
Nombre de visiteurs lors de la 32e America's Cup au port de Valencia (Espagne)
7
Victoires au Bol d'Or

LES COURSES EN 2019

De mai à novembre, Alinghi participe de nouveau à deux circuits en parallèle à bord de deux types de catamaran monotype. En septembre, le D35 Alinghi SUI-1 brigue un 8e titre à l’occasion du 16e et ultime D35 Trophy avant le lancement du championnat de TF35 volant en 2020. Alinghi SUI-8, le GC32 sur foils, est quant à lui engagé sur le GC32 Racing Tour (circuit regroupant propriétaires-barreurs et équipes professionnelles) que nous remportons pour la première fois cette année. Fin juin, la flotte des GC32 s'était donnée rendez-vous à Lagos, au Portugal, où nous remportons notre premier championnat du monde dans cette série.

Voir toutes les courses

NOTRE ÉQUIPE

Cliquez sur les vignettes pour découvrir les navigateurs de l'équipe Alinghi.

DERNIÈRES ACTUALITÉS

Alinghi signe le triplé en 2019

9 novembre, 2019

Après un titre de champion du monde de GC32 fin juin à Lagos et un 8e D35 Trophy en 16 saisons fin septembre sur le Léman, Alinghi finit sa saison sportive en beauté en remportant dans le golfe d'Oman la saison 2019 du GC32 Racing Tour. Du 6 au 9 novembre, la ville de Muscat, située dans la péninsule d'Arabie, accueillait la 5e et dernière épreuve du GC32 Racing Tour 2019. Les six équipes encore en lice ont régaté dans des conditions variées, petit temps au début, puis vent et vagues sont venus diversifier le jeu. A l'aube de cette ultime étape, les deux rivaux Oman Air et Alinghi avaient un seul et même objectif : terminer devant l'autre, quelle que soit leur place au sein de la flotte car aucun autre concurrent ne pouvait les rejoindre en tête du classement. Au terme des 17 manches validées en quatre jours (dont neuf gagnées par les rouge et noir), Alinghi l'emporte et ajoute un premier titre de "GC32 Racing Tour" à son palmarès, dans la foulée du championnat Extreme Sailing Series gagné en 2018, également sur GC32. Zoulou et Red Bull Sailing Team complètent le podium de cette 5e et ultime manche de la saison. Au classement général, Oman Air termine 2e, suivi par Red Bull. Zoulou termine 4e et 1er du classement propriétaire-barreur. Ernesto Bertarelli, skipper du D35 et du GC32 « Je félicite chaleureusement l'équipe pour le travail accompli tout au long de cette saison, et tout particulièrement dans les moments essentiels comme c'était le cas ces derniers jours. J'adresse également mes félicitations à Zoulou, l'équipe d'Erik Maris, qui signe une belle 2e place à Oman. Le GC32 Racing Tour est le circuit international des multicoques one-design à foils le plus exigeant, qui donne lieu à des régates disputées et intenses. Chaque micro détail compte pour parvenir à la victoire et c'est ce à quoi notre équipe s'attelle au quotidien. Nous remportons le championnat 2019 de GC32 Racing Tour, nous sommes les champions du monde en titre de la discipline et avons gagné notre 8e D35 Trophy en 16 saisons sur le lac. Nous réalisons le triplé cette année et remplissons nos objectifs, c'est fantastique.» Arnaud Psarofaghis, co-skipper du GC32 « A voir le score final, on pourrait croire que cette victoire était facile mais tout était encore en jeu ce matin. Même avec 10 points d'avance, on ne sait jamais ce qui pourrait arriver en régate, la preuve ce matin avec le contact entre Oman Air et Zoulou, ce dernier ayant du rentrer au port pour être sorti de l'eau rapidement tellement le bateau prenait l'eau. Il faut donc rester attentif et naviguer chaque instant comme si c'était serré. Pour moi, c'est l'équipe qui fait que nous gagnons tout au long de l'année. Chaque personne qui compose l'équipe est importante, à l'image de David qui a réussi à réparer notre bateau de nuit il y a deux jours.» Nils Frei, coach « Nous avons un superbe esprit d'équipe au sein de notre groupe et nous avons su rester concentrés dans les moments clés. L'équipe est solide techniquement et mentalement, c'est essentiel pour aller chercher des victoires et continuer de gagner.» Pierre-Yves Jorand, directeur de l'équipe « Quand les conditions sont difficiles et que la pression monte, les gars livrent leur plus beau jeu. Pendant le mondial fin juin ou ici à Oman, ils n'avaient pas le droit à l'erreur et ils ont superbement bien navigué. Bravo aux marins, à l'équipe technique et merci à tous ceux qui nous apportent leur soutien au quotidien, amis, familles, partenaires, l'équipe qui reste au bureau et, bien évidemment, un grand merci à Ernesto qui rend tout ceci possible. Je me réjouis déjà des challenges qui nous attendent en 2020 !» Tout en souhaitant un plateau encore plus nombreux sur le GC32 Racing Tour 2020 pour parfaire notre technique en foiling, l'équipe sera affairée ces prochains mois à préparer l'arrivée de son tout nouveau foiler, le TF35, avant le lancement de la classe au printemps 2020 sur le lac Léman. Cliquez ici pour tous les classements de la saison. Pour en savoir plus gc32racingtour.com #gc32racingtour #GoAlinghiGo Crédit photos © Sailing Energy/GC32 Racing Tour  &  © Lloyd Images

16 années de D35 Trophy: souvenirs et clés d'une success story

27 septembre, 2019

Les membres de l'équipe évoquent un souvenir issu de l'épopée D35, ainsi qu'un des facteurs clés de la réussite et de la longévité du D35 Trophy. Ernesto Bertarelli « J'ai beaucoup de souvenirs de ces 16 années de championnat mais si je dois en choisir un, je dirais notre 1ère victoire au Bol d'Or avec le D35 (en 2011) où on finit en match race contre Michel Desjoyeaux sur le bateau Foncia. C'était une grande course, incertaine jusqu'à la fin et on finit juste devant eux ! L'un des facteurs essentiels qui définit cette classe est l'amitié qui lie les propriétaires de ces bateaux. En parallèle, on a fait 16 saisons, les bateaux sont encore là, il n'y a pas eu de gros dégâts. En ce qui nous concerne, on n'a jamais chaviré ! Et on s'est beaucoup amusé. » Nils Frei « Je repense au Bol d'Or 2011 avec de supers conditions, vraiment un beau Bol avec une bataille du début à la fin avec une victoire pour nous. C'est un super souvenir. Le D35 est un bateau qui est capable de gagner le Bol d'Or et c'est important sur le lac. C'est aussi un bateau polyvalent qui va très bien dans le petit temps mais on a vu qu'il fonctionnait aussi très bien dans la brise. C'est un bateau sain et super agréable à naviguer. Pur plaisir à la barre, sensible aux écoutes, aux réglages, soit tous les ingrédients pour un bateau qui plait. Preuve en est, le championnat a duré 16 ans. » Nicolas Charbonnier « Mon premier souvenir remonte à la première fois où j'ai vu les bateaux. J'ai été ébloui par la simplicité et la beauté des D35 et leurs performances dans le petit temps, cela m'a vraiment bluffé. 2e super souvenir : quand on a gagné le Bol. Un beau Bol de Bise et une régate assez serrée avec Ladycat en 2017. Ce sont de jolis bateaux, supers simples, pas trop compliqués à naviguer. Ils ont des performances exceptionnelles dans le petit temps, il va nous manquer parfois ;-) » Yves Detrey « C'est marrant parce qu'en général ce n'est pas sur les Bols d'Or que j'ai mes meilleurs souvenirs en D35 mais je dois dire que le Bol d'Or 2017 reste un moment dont je me souviens car c'était un super Bol avec du vent, une eau fabuleuse, et en plus on a gagné. A la base, c'est un groupe de personnes qui a fait un bateau après avoir acquis de l'expérience sur d'autres bateaux. Avec tout le bagage qu'il y avait avant le D35, cela a permis de faire un super bateau, performant dans toutes les conditions, avec toutes les connaissances du lac réunies. Le D35 est un super bateau qui peut naviguer dans les petits airs et on a vu cette année pendant le Bol 2019 qu'il était aussi capable de tenir dans du très gros temps. Une belle réussite. » João Cabeçadas « Je me souviens de la décision de sortir des circuits le 41 pour partir sur la construction d'une flotte monotype, taillée pour le lac....le début d'une belle histoire ! Un des points qui a marché pour moi est la bonne entente entre les armateurs et les équipages pendant toutes ces années. » Arnaud Psarofaghis « Mon plus beau souvenir de D35 n'était pas avec Alinghi ! C'était avec Bryan lors du Bol d'Or 2012 que l'on gagne au retour dans le sud-ouest. On a eu une grosse avarie de grand-voile où l'on a arraché le rail du mât. On ne pouvait plus enlever le ris, la seule solution était de forcer. On a arraché la moitié de la grand-voile en haut mais on a réussi à la remonter tout en haut, finir et gagner le Bol d'Or. L'un des succès de cette classe ? Sa longévité. Elle a duré 16 ans. Tous les équipages ont eu le temps de progresser, s'entrainer, peaufiner sa monture. Il y a eu aussi beaucoup de mix dans les équipages donc cela a aidé à élever le niveau. C'est également un bateau qui a eu très peu d'avaries en 16 ans et c'est un bateau développé ici, pour le lac et les conditions assez légères que l'on a en moyenne. » David Niklès « Pour moi, c'est la construction des bateaux chez Décision l'hiver 2003-2004. C'était avec l'équipe qui avait participé à l'America's Cup donc nous étions tous très motivés. C'est un bon bateau. Je donne crédit à l'architecte, Sébastien Schmidt, qui a été assez visionnaire sur ce coup là et le groupe de propriétaires qui s'est mis autour d'une table et qui a décidé de lancer cette classe monotype. » Bryan Mettraux « Mes meilleurs souvenirs en D35 proviennent de toutes les fois où l'on a battu Alinghi quand je naviguais avec d'autres équipes ! Que cela soit avec Realteam en 2012 ou avec Team Tilt. Cela a toujours été un gros objectif de réussir à battre Alinghi. C'était l'adversaire à battre. Cette réussite vient du fait que le bateau a été dessiné pour le lac. Le D35 est parfaitement adapté aux conditions que l'on rencontre ici. Il y a également le niveau de la classe et les différents marins qui sont venus naviguer sur ce bateau qui ont fait perdurer le circuit. Je pense qu'il va nous manquer ;-) » Pierre-Yves Jorand « J'en ai beaucoup... Je me souviens de l'été 2003 quand une poignée de propriétaires se sont serrés la main sur un bout de nappe, ils ont décidé de partir ensemble sur une magnifique aventure en construisant ces D35. Le succès de cette classe peut s'expliquer par l'excellente entente entre les acteurs bien sûr, mais aussi par le fait d'évoluer sur une série strictement monotype où les hommes et les femmes font l'ultime différence et non pas le matériel. »

Alinghi remporte un 8e D35 Trophy en 16 saisons

21 septembre, 2019

La 16e et ultime saison des Décision 35 comptait sept épreuves en 2019 mais six auront suffi à l'équipe pour inscrire son nom pour la 8e fois sur le trophée annuel. Mais pourquoi alors courir le Grand Prix de clôture organisé ce week-end par la Société Nautique de Genève ? Ernesto Bertarelli, barreur « Pour la toute dernière épreuve de l'ère des D35 en tant que classe lémanique, le D35 Alinghi ne pouvait pas rester à quai et nos marins regarder les autres équipes régater ! Nous avons navigué pour le plaisir, tenté de gagner, sans trop interférer non plus sur le classement des autres bateaux, et nous avons rencontré plus forts que nous ce week-end avec Realteam qui l'emporte (19 points) et Ylliam-Comptoir Immobilier qui termine juste devant nous, suite au système de départage en cas d'égalité de points (23 points chacun). » Pierre-Yves Jorand, directeur de l'équipe et barreur aujourd'hui « Ernesto m'a offert la barre du D35 pour cette dernière journée de course. Merci à lui et à l'équipage qui m'a prodigué de bons conseils. On passe le ligne d'arrivée de la toute dernière course de l'histoire des D35 en tête....du pur bonheur après un départ bâbord au bateau comité. » Un peu d'histoire... En 2019, 37 courses ont été lancées sur le D35 Trophy, dont deux classiques lémaniques avec la Genève-Rolle-Genève et le Bol d'Or. Depuis 2004 et le lancement du championnat des D35, on dénombre un peu plus de 700 manches validées, jusqu'à 12 multicoques monotypes sur la même ligne de départ, une jolie série de marins chevronnés venus en découdre, des Bols d'Or remportés régulièrement par le D35 devant toutes les autres unités etc. et trois équipes présentes du début jusqu'à la fin : Okalys, Zen et Alinghi. Le Décision 35 est né grâce à la volonté d'un groupe de propriétaires souhaitant naviguer à armes égales sur des bateaux monotypes, au budget abordable et conçus pour performer dans les airs du Léman. Suite au Bol d'Or 2003 aux conditions dévastatrices, le carnet de commande des huit premiers bateaux est signé sur un bout de nappe. L'architecte Sébastien Schmidt pense le D35 en étroite collaboration avec les marins expérimentés. La construction s'effectue pendant l'hiver 2003/2004. Après 16 saisons, on peut dire que le pari est gagné et souhaiter pareille réussite à la nouvelle classe de TF35 qui prendra son envol dès 2020. Ernesto Bertarelli, barreur « Cela fait évidemment un petit pincement au cœur de penser que le championnat de D35 arrive à sa fin car c'est la dernière fois que nous avons navigué en flotte sur ces magnifiques bateaux. Ce dernier Grand Prix a eu une saveur toute particulière et je suis évidemment heureux d'avoir remporté le championnat 2019. Quelle meilleure façon que de finir la saga du D35 avec notre huitième victoire en seize saisons formidables? Ceci dit, l'arrivée du TF35 l'année prochaine promet encore plus de sensations fortes et permettra de garder la navigation lémanique à l'avant-garde de ce qui se fait dans le monde de la voile et du foiling... » Nicolas Charbonnier, tacticien « Je pense que l'on a beaucoup de chance d'avoir une équipe qui change très peu. On a vraiment l'habitude de fonctionner ensemble. Pour tout ce qui est communication, c'est un avantage énorme à mon niveau. On navigue aussi sur un autre support en dehors du D35, avec le GC32. Cela nous permet de voir énormément de situations, de naviguer beaucoup et pour moi, c'est la clé pour continuer à progresser tout le temps, se remettre en question, faire des régates et apprendre de ses erreurs. » Arrive t-on à décrypter les conditions du Léman ? « On se fait encore avoir ;-) Après c'est de la régate. Il ne faut pas se dire qu'on va faire tout juste, il faut simplement faire moins d'erreurs que les autres. Notamment quand on navigue sur le lac car les vents sont un peu plus erratiques qu'en mer. Il faut essayer de limiter les dégâts quand on fait une mauvaise option, toujours aller de l'avant et se remettre en question. » Bryan Mettraux, régleur des voiles d'avant (qui a rejoint Alinghi cette saison) « C'est ma 3e victoire en championnat de D35, après 2012 avec Realteam et 2015 avec Tilt. Les deux fois juste devant Alinghi et les deux fois avec Arnaud à bord ;-) Les fonctionnements sont assez similaires d'une équipe à l'autre. Avec le niveau de connaissance que nous avons du bateau, et que nos concurrents ont également, ce sont les détails qui font la différence. Quand une équipe gagne, c'est qu'elle a su mieux gérer les petits détails dans toutes les phases de jeu. » Prochains rendez-vous pour l'équipe: > des navigations sur le TF35 bateau zéro courant octobre afin de continuer le travail de développement de ce nouvel foiler > le dernier événement du GC32 Racing Tour du 6 au 9 novembre à Oman où le titre de la saison est en jeu ! Classement du Grand Prix de clôture après 9 courses (le plus mauvais score étant retiré) : 1er - Realteam Sailing: 19 points 2e - Ylliam Comptoir Immobilier: 23 points 3e - Alinghi: 23 points Classement de la saison 2019 du D35 Trophy après 7 épreuves (la plus mauvaise étant retirée) : 1er - Alinghi: 9 points 2e - Ylliam Comptoir Immobilier: 14 points 3e - Realteam: 22 points Cliquez ici pour tous les classements Pour en savoir plus d35trophy.com #GoAlinghiGo // #D35Trophy Pour s'informer sur le dispositif de suivi des courses, la composition de l'équipe et le D35 Trophy en général, retrouvez le récap' événement en cliquant ici. Crédit photos © Loris von Siebenthal

Alinghi s'impose sur le fil à Riva

15 septembre, 2019

Dès la 1ère course de cette 4e épreuve du GC32 Racing Tour à Riva del Garda (Italie), Alinghi affiche ses ambitions et se positionne en tête de la flotte. Puis on assiste à une bataille intense et serrée quatre jours durant. Oman Air parvient à revenir à égalité de points à la 17e manche. A l'issue de la 18e, les Omanais ont deux points d'avance sur les Suisses. Il n'en reste plus qu'une à courir et pour l'emporter, Alinghi doit terminer devant son adversaire et intercaler un bateau. Les Suisses naviguent finement, remportent la manche. Dans leur sillage, Red Bull Sailing Team coupe la ligne juste devant Oman Air. Mission accomplie ! (la vidéo de l'arrivée est sur Facebook ☺) Arnaud Psarofaghis, barreur « Lors des cinq manches aujourd'hui, c'était très serré avec Oman, mais on a mal navigué au début. On a fait des erreurs de tactique, de stratégie, on a essayé d'attaquer au mauvais moment. Ils ont été plus forts que nous sur quatre courses mais il en a suffit d'une pour qu'on gagne. Depuis jeudi, nous avons eu de supers conditions, typiques du lac de Garde mais aussi des courses où c'était moins classique. Cela a ouvert le jeu sur le plan tactique et donné des opportunités de perdre des places ou de revenir au contact des premiers. On n'a pas toujours passé les premières bouées en tête. Par contre on a su remonter la flotte et contrôler nos adversaires, sinon on n'aurait pas gagné l'événement. Oman nous a donné du fil à retordre. C'est d'ailleurs positif qu'ils soient dans le coup, au moins nos deux équipes progressent ensemble. Le reste de la flotte navigue bien, progresse mais est encore un petit cran en dessous en termes de régularité. Pour la victoire de la saison, on sait déjà que cela va se jouer entre Oman et nous car ni Red Bull ni Zoulou ne peuvent nous rattraper. Ce sera à celui qui bat l'autre dans les Emirats, peu importe le résultat au sein de la flotte. » Une préparation particulière pour ce jeu là ? « Il faudra être régulier et naviguer correctement pour être devant et limiter les erreurs. On naviguera en flotte et il faudra composer avec les autres. Et pour essayer de pousser quelqu'un à la faute, il faut bien naviguer. Ce sera un jeu intéressant. » João Cabeçadas, préparateur-gréeur « A mon niveau et en collaboration avec David, nous devons tout faire pour fournir un bateau fiable, capable de gagner des manches, et anticiper d'éventuels sinistres. Depuis juin, nous sommes satisfaits d'enchaîner les événements sans avarie sur nos deux circuits (João touche du bois en même temps qu'il parle...). Mais la saison n'est pas finie et d'ici au prochain événement à Oman, je vais passer le bateau au peigne fin et faire de la prévention afin de livrer un bon outil. Ensuite, c'est aux marins de jouer. Quand c'est serré comme aujourd'hui, le temps nous paraît long sur le bateau suiveur car une fois que le départ est donné, on ne peut plus rien faire à bord du GC32. Mais on observe de l'extérieur, on étudie aussi les autres car pour continuer de gagner, il faut chercher des axes d'amélioration et parfois s'inspirer de nos adversaires. Je trouve d'ailleurs qu'ils ont réussi à progresser dans des domaines où ils étaient moins bons que nous auparavant. A nous de travailler également sur nos points faibles. » Alinghi et Oman Air n'ayant qu'un point d'écart au classement général de la saison, et la dernière épreuve faisant foi en cas d'égalité, c'est à Oman, du 6 au 9 novembre que se jouera la victoire du GC32 Racing Tour 2019, promise à l'un des deux rivaux qui terminera devant l'autre. D'ici là, l'équipe vous donne rendez-vous dès ce vendredi 20 septembre du côté de la Société Nautique de Genève pour la dernière épreuve du D35 Trophy. Cliquez ici pour le classement de cette 4e étape, après 19 courses. Pour en savoir plus gc32racingtour.com #gc32racingtour #GoAlinghiGo Crédit photos © Sailing Energy/GC32 Racing Tour