NOUS SOMMES ALINGHI

En 1994, une équipe de compétition en voile est créée sous le nom d'Alinghi. En 2000, l'équipe d'Ernesto Bertarelli se fixe pour but de remporter l'America's Cup, objectif atteint par deux fois en 2003 et 2007. Alinghi se retrouve ainsi la première équipe européenne à remporter ce prestigieux trophée et signe bien d'autres succès, notamment sept victoires au Bol d'Or, six Trophées D35 et trois championnats d'Extreme Sailing Series.

  • VAINQUEUR DE LA 31ÈME AMERICA'S CUP
  • VAINQUEUR DE LA 32ÈME AMERICA'S CUP
  • 7 FOIS VAINQUEUR DU BOL D'OR
  • 6 FOIS VAINQUEUR DU TROPHÉE D35
  • 3 FOIS VAINQUEUR DES EXTREME SAILING SERIES

Historique

Quelques chiffres

1991
Le premier voilier Alinghi est mis à l'eau sur le lac Léman
39.2
Record de vitesse du GC32 (en nœuds), établi par Alinghi en 2015
5.7M
Nombre de visiteurs lors de la 32e America's Cup au port de Valencia (Espagne)
7
Victoires au Bol d'Or

LES COURSES EN 2018

De mars à décembre, Alinghi participe de nouveau cette saison à deux circuits en parallèle à bord de deux types de catamaran monotype. Alinghi SUI-1, le D35, s'aligne dans le cadre du D35 Trophy sur le lac Léman, avec pour objectif de remporter un 7e titre. Alinghi SUI-8, le GC32 volant, est quant à lui engagé sur le circuit international des Extreme Sailing Series et vise une 4e victoire. Fin mai, la flotte des GC32 se donne rendez-vous au lac de Garde pour le championnat du monde de la série.

Voir toutes les courses

NOTRE ÉQUIPE

Cliquez sur les vignettes pour découvrir les navigateurs de l'équipe Alinghi.

DERNIÈRES ACTUALITÉS

En tête de A à Z à Cascais

8 juillet, 2018

C'est suffisamment rare pour mériter d'être mentionné. De la 1ère course (gagnée par Alinghi) jusqu'à la 28e, les Suisses n'auront pas lâché une seule fois les commandes de ce 4e Act de la saison d'Extreme Sailing Series. Avec 11 victoires de manches et seulement six courses en dehors du top 3, tout le plateau s'accorde à dire ce soir que la bataille dans les eaux de Cascais était belle mais qu'Alinghi a placé la barre haute en termes de régularité dans le haut du tableau. SAP Extreme Sailing Team et INEOS Rebels UK complètent le podium.   Arnaud Psarofaghis, barreur : « Nous sommes vraiment contents de la manière dont nous avons abordé cette épreuve et régaté tout au long de ces quatre jours. Toute l'équipe a fait un super travail, tant sur l'eau, qu'à terre pour la préparation du bateau. Les conditions de régate étaient plutôt soutenues et aucun dégât matériel n'est venu perturber la performance. Du côté du classement général de la saison et à trois épreuves de la fin, Oman Air perd un peu de terrain avec sa 4e place ici et nous sommes en tête, un point devant SAP. »   Tim Lapauw, embraqueur, régleur de foils, mais aussi acteur (comique) de 1er choix ;-) En partenariat avec Sailors for the Sea, l'organisateur de l'événement a challengé les équipes en leur demandant de créer une vidéo soutenant la protection de l'environnement. Devinez qui repart avec la 1ère place ?! Cliquez ici pour visionner « #Baaad #Goood » Toute l'équipe vous donne rendez-vous du 24 au 27 août à Cardiff (Royaume-Uni) pour l'Act 5 des Extreme Sailing Series.   Cliquez ici pour le classement général de l’Act 4 après 28 courses. Hashtags de l’événement #GoAlinghiGo  //  #Extremesailing   Pour en savoir plus extremesailingseries.com   Si vous souhaitez en savoir plus sur le dispositif de suivi des courses, la composition de l'équipe et sur l'épreuve en général, retrouvez le récap' événement en cliquant ici. Crédit photos : Lloyd Images

Un 80e Bol très lémanique

10 juin, 2018

Juste avant le départ, certains avaient prédit une possible arrivée vers minuit. A minuit et quelques minutes, quatre D35 se retrouvent quasiment à égalité entre la 'bouée d'entrée' et la ligne d'arrivée devant la SNG...sans vent ! Le temps s'écoule, les minutes défilent...et c'est finalement Mobimo qui empoche le 80e Bol d'Or Mirabaud lancé à 10h samedi matin pour 543 concurrents, et ce devant Okalys Youth Project, Ylliam-Comptoir Immobilier, et Alinghi 4e. Après avoir longtemps animé la tête de course, les 137 participations au Bol' cumulées de l'équipage d'Alinghi n'auront pas suffi à faire la différence (25e pour Ernesto, 38e pour Pierre-Yves, 17e pour Arnaud, 7e pour Nicolas, 20e pour Nils et 30e pour Yves). Après 14 heures de course, la victoire s'est jouée dans les derniers mètres... Mais de l'avis de tous (et même du vainqueur !), la réussite a également sa part du gâteau dans ce type de courses, avec ce type de conditions de vent très léger. L'équipe est forcément un peu déçue après le passage de la ligne mais... « c'est aussi ça le Bol ». Nils Frei, régleur des voiles d'avant : « C'était un Bol super classique avec du séchard, du rebat, des transitions, de la molle... Mais il faut aussi de la réussite, sinon on ne peut pas gagner. On a fait un bon paquet de la course dans le trio de tête, mais cela s'est fini comme un Bol. » Nicolas Charbonnier, tacticien : « C'est plus sympa quand il y a de la bise et qu'on finit à 15 ou 17h, mais c'était une belle régate. On a eu un bol très classique avec des conditions lémaniques connues et un sacré mixte de classement juste avant la ligne d'arrivée. Il y a des années où le départ est très important. Des bateaux s'échappent et on ne les revoit plus. Cette année, les bateaux sont revenus par l'arrière depuis le Bouveret. Pour rester concentré sur la durée ? Ce n'est pas un problème, je ne prends pas ma montre. On est tellement pris dans le jeu qu'on ne voit pas le temps passer ! » Pierre-Yves Jorand, directeur d'équipe et embraqueur pour l'occasion : « C'était une course où il y a eu pas mal de dépassements, de changements de leaders, il a fallu se recentrer souvent. Comme quand on navigue sur un Grand Prix en fait. Il fallait chercher les bonnes trajectoires, les positions favorables, savoir changer les modes. Le retour vers Genève n'était pas simple. Ça construisait un peu par l'arrière, et à l'entrée du petit lac, il n'y avait plus beaucoup de signaux. Mobimo signe un retour incroyable et coiffe tout le monde sur le fil à la bouée d'entrée, juste avant l'arrivée. On y a cru jusqu'à la der. Il nous a manqué la petite dernière risée pour croiser devant. »   L'équipe vous donne rendez-vous à Barcelone dès ce jeudi 14 juin pour le prochain Act des Extreme Sailing Series en GC32 volant. Cliquez ici pour tous les classements du Bol d'Or Mirabaud 2018.   Pour en savoir plus d35trophy.com  //  boldormirabaud.ch Hashtags de l'événement #GoAlinghiGo // #D35Trophy // #BOM18 Pour en savoir plus sur le dispositif de suivi des courses, la composition de l'équipe et le circuit en général, retrouvez le récap' événement en cliquant ici. Crédit photos © Toast Prod & Alinghi

GP D35 de Versoix: Régulier, Alinghi l'emporte

3 juin, 2018

Si on vous dit 3 x 2 = 1, vous nous croyez ? En calcul pur, peut-être pas, mais en voile, c'est possible ! En signant trois places de 2e aujourd'hui, Alinghi gagne le Grand Prix de Versoix devant Racing Django et Swisscom (pour les initiés, nous avons également fait une place de 4e mais à partir de quatre courses validées, le plus mauvais score est retiré... cliquez ici pour le classement). Suite à la victoire sur la Genève-Rolle-Genève hier, Alinghi signe un doublé ce week-end et ajoute deux petits points au classement de la saison. A mi championnat, l'équipe mène le D35 Trophy avec quatre points (suite à nos quatre victoires d'épreuve), devant Zen Too (16 points) et Ylliam Comptoir Immobilier (18 points) - cliquez ici pour le classement du championnat. Pierre-Yves Jorand : « Ce Grand Prix s'est joué sur un jour, avec quatre manches ce dimanche. Le vent thermique était atypique, et a donné lieu à pas mal de dépassements. Il a fallu garder la tête en dehors du bateau et choisir les bonnes trajectoires. Le côté gauche qui passait au près, n'était pas forcément celui qui passait au portant. Nous remportons le Grand Prix avec seulement un point sur Racing Django et deux sur Swisscom. C'était très serré mais nous avons été les plus consistants. Ce week-end clos une période très chargée avec les mondiaux de GC32, des déplacements et des entraînements. Place à trois jours de repos avant la préparation du Bol d'Or. » João Cabeçadas, préparateur/gréeur, nous livre son analyse : « Nous avons pris des bons départ et nous avons été pratiquement tout le temps du bon côté du plan d'eau. Nous avons également bien géré les passages des marques, en faisant des bonnes manoeuvres. Nous avons contrôlé nos adversaires qui étaient les plus proches au fil des manches. De l'extérieur ça à l'air facile, comme quand on regarde un jeune qui fait du skate dans un skate park. Mais il y a beaucoup de travail derrière cette apparente aisance. » L'équipe vous donne rendez-vous samedi 9 juin dès 10h pour le coup de canon du 80e Bol d'Or Mirabaud. Pour en savoir plus d35trophy.com Hashtags de l'événement #GoAlinghiGo // #D35Trophy Pour en savoir plus sur le dispositif de suivi des courses, la composition de l'équipe et le circuit en général, retrouvez le récap' événement en cliquant ici. Crédit photos © Loris Von Siebenthal